- Blogue -

Recap des dernières semaines...

J'veux commencer par te dire que dans la vie, tu vas te planter. Si tu n'es pas à l'aise avec ce fait, ta couenne n'est pas assez dure pour être entrepreneure. Se planter, ça fait mal.
 

 

- Mais c'est en se plantant qu'on apprend -

 

Mon métier d'adjointe virtuelle, je le fais les yeux fermés, les doigts dans le nez. Je sais exactement dans quoi j'excelle et dans quoi je suis bof. Quand j'ai lancé ma bizz, j'avais des doutes sur la patente générale, mais aucun doute sur mes capacités à accomplir mes tâches auprès de mes futurs-es clients-es.

 

Ceci étant dit, quand j'ai eu l'idée d'ouvrir Le Backstore, c'était du nouveau en TA, pis du nouveau bein... ça fait peur. Je n'avais jamais eu de commerce en ligne, mais j'avais la tête pleine d'idées. Je ne dormais plus la nuit, je me levais aux 15 minutes pour écrire un nouveau flash sur un bout de papier dans mon bureau. Pis des bouts de papier y en avaient PAR-TOUT. J’étais excitée, comme une droguée devant sa dose. Je ne voyais que mon projet et j’étais CONVAINCUE que j’allais réussir.

Puisque je ne connaissais que dalle au e-commerce, mes recherches m'ont amené à trouver des fournisseurs en dropshipping et m'ouvrir une boutique Shopify. Je ne savais même pas ce qu’était le dropshipping avant ce moment-là. Ça je te le mentionne pour répondre à la personne qui m’a dit "c'pas parce que le dropshipping est à la mode qu’il faut que tu le fasses".

 

C'est ça, ouin. You don't know me.

Si tu ne sais pas non plus ce qu’est du dropshipping, en gros, c’est que le vendeur - en l’occurrence moi - ne possède pas le stock. C’est le fournisseur qui s’occupe de créer la commande du client et de lui faire parvenir directement. Je réfléchis déjà à un billet sur le sujet.

Au départ, j'ai voulu créer des articles uniquement pour les adjointes virtuelles. Ma clientèle cible, quoique très restreinte, était claire. Pis là, mon cerveau avait encore plein d’idées. Donc à mon offre initiale, j'ai ajouté des articles pour les autres types d'adjointes. Pis pour les mamans. Pis pour les bébés. Pis pour le Regroupement pour la Trisomie 21. Bref.

 

Je t’épargne les 6000 détails de l’arrière-scène et je te les présenterai dans un autre billet.

 

Je suis une passionnée, une fille qui carbure aux projets, ça fait que quand j’ai qqch en tête, je ne l’ai pas dans l’péteux.

 

Il est vrai de dire que j’ai monté ma boutique rapidement, que j’ai choisi mes produits rapidement, que j’ai fait mes designs rapidement et que j’ai annoncé le tout rapidement. Probablement trop rapidement. Pis j’me suis plantée. Pis j’ai perdu du cash en maudit. Parce que parfois, mon cœur prend le dessus sur mon cerveau.

 

Est-ce que Le Backstore est mort forever ? Peut-être.

 

Est-ce que Le Backstore reviendra en force ? Peut-être aussi.

 

Depuis la fermeture du Backstore, j’ai pris beaucoup de recul. Je suis plus tranquille sur les RS, je suis plus solitaire, je tourne ma langue 7 fois avant de parler, comme ma maman me l’a si bien appris. Une maudite bonne chance que j'ai confiance en moi, que je sois bien dans ma tête et dans mon cœur, parce que j’aurais pu tomber de haut en calvaire.

 

C’est ça être entrepreneure… on se plante, on se relève, on respire un bon coup et life goes on.

Peace xx

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload